Démarche « Objectifs CO2 » pour le transport fluvial

Dans la droite ligne des travaux que la profession mène avec VNF (Batelia, ECV,…), E2F souhaite amener les transporteurs à s’engager à titre individuel et volontaire dans des démarches de progrès au plan environnemental. Le secteur fluvial s’enorgueillit de participer chaque jour à la transition écologique dans le domaine des transports par le biais du report modal. Malgré cet avantage intrinsèque d’ailleurs insuffisamment exploité, la transition écologique et énergétique représente un grand défi pour le secteur fluvial qui a engagé depuis plusieurs mois la structuration d’une démarche globale au travers des ECV. Cette transition écologique comprend à la fois la transition énergétique, pour atteindre les objectifs de réduction des émissions polluantes et GES des transports à l’horizon 2050, mais aussi une amélioration de l’impact environnemental global par une meilleure gestion des déchets liées à l’activité de navigation intérieure (eaux usées, huile, déchets d’exploitation ou de cargaisons, etc.) et la mise en œuvre des différents leviers de la RSE. La dynamique collaborative et transversale qui s’engage permettra à terme d’apporter une réponse intégrée et partagée entre différents services et ministères aux problèmes concrets rencontrés par les différents acteurs de la filière (R&D, règlementation, infrastructure, financement) afin d’enclencher la rupture écologique attendue. Mais nous croyons fondamentalement que cette démarche, pour nécessaire qu’elle soit, n’a de chance de succès qu’au travers d’une mobilisation de chaque entreprises à son niveau dans le cadre de sa propre exploitation. C’est pourquoi E2F est désireuse de proposer à ses affiliés une démarche d’engagements volontaires à l’instar du secteur du transport routier et de son programme « Objectif CO2 ». Ce programme porté avec succès par l’ADEME avec es fédérations du transport routier pourrait trouver comme corollaire un programme fluvial, comparable dans ses principes, que nous souhaitons bâtir conjointement avec VNF et l’ADEME. Dans un courrier en date du 9 avril 2020, le Président de l’ADEME, M. Arnaud Leroy, a répondu à notre proposition de mise en œuvre d’un dispositif d’engagements volontaires pour la profession fluviale. Vous trouverez ci-dessous la réponse. « J’ai pris connaissance avec intérêt et attention de votre courrier du 24 février dernier relatif à votre volonté de mettre en œuvre un dispositif d’engagements volontaires de la filière fluviale. Vous le savez, l’amélioration de la performance environnementale du secteur fluvial est un enjeu important pour l’ADEME dans le cadre de la transition écologique du secteur des transports. Notre retour d’expérience relatif à Objectif CO2 et plus globalement au programme « Engagement Volontaire pour l’Environnement » montre que les dispositifs d’engagements volontaires ont fait leurs preuves dans la filière du transport routier de marchandises et de voyageurs. Aussi, nous avons la conviction que la mise en œuvre d’un tel dispositif pour la filière fluviale devrait permettre d’assurer une accélération de sa transition écologique et énergétique, avec des résultats concrets sur la base d’objectifs ambitieux. À ce titre, soyez assuré du soutien de mes équipes à votre démarche. J’invite vos collaborateurs à prendre attache avec le chef de service adjoint du service Transports et Mobilités de l’ADEME. Nous vous proposons également de vous rapprocher du Pôle National des Certificats d’Économie d’Energie de la DGEC pour étudier avec eux la possibilité d’un programme CEE dans ce cadre.«