Pour sauver l’avenir de la jeunesse, sauvons le tourisme français !

La Confédération des acteurs du Tourisme, dont E2F est membre fondateur, lance un appel pour préserver l’emploi et les compétences des jeunes dans le contexte de la crise sanitaire.

Les industries du tourisme sont parmi les activités économiques les plus porteuses d’emploi en France. Celles qui offrent souvent la première expérience professionnelle, le premier stage, les premières rencontres, les ressources nécessaires aux étudiants, et de belles opportunités de carrière aux jeunes de tous les milieux. Or les mesures sanitaires en font le secteur le plus impacté par la COVID-19.

La perte de la première place touristique mondiale ? Le risque de déclassement de la France

Après la désagrégation de pans entiers de notre appareil industriel depuis 30 ans et la perte de notre leadership agricole en Europe, c’est le tourisme, avec ses 250 000 entreprises et ses millions d’emplois, qui est menacé d’effondrement. La paupérisation accélérée de milliers de familles de petits entrepreneurs et de salariés risque d’affecter par contagion l’ensemble de nos territoires métropolitains et ultramarins. La spirale de disparition des activités touristiques sera bientôt irréversible, avec son cortège de plans sociaux et de faillites, de chômage et de désespoir des jeunes, comme de vies brisées dans d’innombrables foyers.

Un scénario noir d’aggravation des fractures territoriales

Face à ce manque de perspectives, la question devient : « Que serait demain la France sans le tourisme ? » Des files d’attente de jeunes et de familles entières devant les bureaux de Pôle emploi ? Des territoires désertés et des communes et stations aux volets définitivement clos ?

Porter les coûts fixes des entreprises pour sauver les emplois

Les aides allouées aux acteurs du secteur sont précieuses mais en décalage croissant avec l’ampleur, la gravité et la persistance de la crise. Elles montrent leurs limites et ne sauveront pas les emplois directement impactés par des interdictions sanitaires qui bloquent avant tout la mobilité et le tourisme.

Le tourisme est l’âme de notre pays. L’abîmer, c’est toucher à notre art de vivre aux yeux des Français comme du monde entier.

Représentants de tous ceux qui sont engagés solidairement -entrepreneurs et salariés, élus des territoires et travailleurs indépendants, nous demandons donc au Gouvernement :

  • De présenter une feuille de route opérationnelle et cohérente jusqu’à l’été 2021 donnant visibilité et espoir à tous pour la sauvegarde des centaines de milliers d’emplois menacés de disparition prochaine et préparer une stratégie de relance fondée sur une vision partagée du tourisme ;
  • De sanctuariser les dispositifs de soutien et d’aide existants jusqu’au terme de la pandémie ;
  • De suspendre ou annuler, avec les collectivités territoriales, la perception des différents impôts et taxes, mais aussi des charges diverses qui aggravent la fragilité des entreprises ;
  • D’étendre aux hôtels et autres commerces ayant l’autorisation administrative d’ouvrir mais fermés faute de clients le versement des 20 % de chiffre d’affaires réalisé en 2019 sur la même période.
X