Protocole sanitaire d’E2F

Le protocole sanitaire d’E2F poursuit un triple objectif : rassurer les clients ; standardiser les pratiques, tout en garantissant la sécurité des salariés des établissements. E2F l’a présenté aux organisations syndicales et adressé au ministère des Solidarités et de la Santé.

Ce cadre, qui se veut pragmatique et opérationnel, a été construit en s’appuyant sur les recommandations des autorités sanitaires françaises, ainsi que sur de nombreux échanges avec les entreprises de transport fluvial de personnes et de marchandises (artisans et armateurs) adhérentes à E2F.

Les mesures de protection collective comprennent en particulier des mesures organisationnelles de nature à éviter le risque en supprimant les circonstances d’exposition, et qui doit être la règle chaque fois qu’il peut être mis en œuvre.

La définition et la mise en œuvre de toutes ces mesures nécessitent un travail de réflexion préalable au sein de l’entreprise, conduit dans un cadre concerté, afin de garantir leur faisabilité, leur effectivité et leur appropriation la plus large par tous les acteurs participant à la lutte contre la propagation du virus.

La bonne information de l’ensemble des salariés et la concertation au sein de chaque unité est également indispensable. Elle permettra de trouver les solutions les plus opérationnelles pour l’application de ces mesures, tout en renforçant la confiance de tous dans la capacité de l’entreprise à poursuivre l’activité en toute sécurité.

Ce protocole sanitaire se décompose en 3 parties :

• Un guide méthodologique ;
• Des fiches métier ;
• Des fiches réflexe.

Ce protocole sera amené à évoluer en fonction de notre connaissance du Covid-19 et des décisions qui seraient prises par le gouvernement pour lutter plus efficacement contre le risque de propagation.

Il a été adressé au Ministère de la Santé pour examen comme ceux des autres fédérations de branche.


Téléchargement :
Protocole de déconfinement commun à toute la profession du transport fluvial de personnes et de marchandises.