Pour une liaison fluviale Saône-Moselle.Saône-Rhin à grand gabarit

Huit associations du secteur fluvial français signent une motion pour maintenir le projet de liaison « Saône-Moselle.Saône-Rhin » au sein du futur Réseau transeuropéen de Transport (RTE-T).

Dans le contexte où le RTE-T fait l’objet d’une procédure de révision depuis 2021 pour la publication d’une nouvelle version fin 2023, huit associations (Saône-Rhin-Europe, Agir pour le fluvial, Entreprises Fluviales de France, Consortium International des Voies Navigables et Multimodales, Promofluvia, Association pour le développement et la promotion du tourisme fluvial, Seine Moselle Rhône, Alliance des Rhodaniens) attirent l’attention du gouvernement dans une motion sur l’importance stratégique du projet de liaison « Saône-Moselle, Saône-Rhin »pour répondre à la montée en puissance des trafics de fret fluviaux.

Le projet Saône-Moselle.Saône- Rhin fait partie des projets identifiés par la Commission européenne pour le futur Réseau central de Transport que l’Union européenne ambitionne de déployer à l’horizon 2030, à l’image de la liaison Seine-Escaut /Seine-Nord Europe. Trois études menées par l’État et les collectivités territoriales ont identifié pour ce projet des trafics de fret très importants « supérieurs à ceux du canal Seine-Nord ».

Convaincues par son importance et sa performance environnementale, les régions Grand Est et Bourgogne Franche-Comté ont retenu le projet Saône-Moselle.Saône-Rhin dans leurs derniers SRADDET. « La France a également pris en compte ce projet d’infrastructures fluviales dans le cadre de sa politique de report modal de la route vers le fleuve pour les trafics nationaux et internationaux de fret », ajoutent les associations impliquées dans la motion.

Néanmoins, les organisations signataires s’inquiètent de l’absence de ce projet dans le rapport de propositions de programmation du Conseil d’Orientation des Infrastructures (COI) en France et dans la révision en cours du RTE-T.

Compléter le maillage français

Saône-Moselle constitue une priorité fluviale nationale pour les membres de l’association, un barreau fluviale entre cette liaison et le Rhin pourrait ultérieurement compléter le maillage fluvial de l’Est français. « Ne pas réaliser cette liaison maintiendrait la Moselle, le Rhin supérieur et l’axe Rhône-Saône dans leur état de cul de sac du grand gabarit, ce qui génère de grave handicaps, lourds de conséquences pour ces voies navigables : privées d’effets de réseau, elles verraient en effet leurs trafics irrémédiablement stagner ou régresser », regrettent-elles.

Après Seine-Nord, dont la mise en service est prévue en 2028, Saône-Moselle.Saône-Rhin restera le maillon manquant pour constituer en France « un réseau à grand gabarit maillé et interconnecté avec celui de l’Europe fluviale ». Les signataires de la motion demandent ainsi aux destinataires de la motion d’intervenir dès à présent auprès du gouvernement français et des institutions européennes afin de confirmer ce projet par le COI et assurer son maintien dans le prochain RTE-T.


Signataires de la motion : Saône-Rhin-Europe, Agir pour le fluvial, Consortium International des Voies Navigables et Multimodales, Promofluvia, Association pour le développement et la promotion du tourisme fluvial, Seine Moselle Rhône, Alliance des Rhodaniens et Entreprises fluviales de France.

X