Projet Magéo : des efforts restent à mener pour garantir les conditions du report modal

Le projet Magéo sera structurant pour le département de l’Oise sur le plan économique, environnemental mais aussi hydraulique. Il consiste en la mise au gabarit européen de l’Oise entre Compiègne et Creil afin de permettre le passage des bateaux et de convois capables de transporter jusqu’à 4 400 tonnes de marchandises. Du 27 mars au 29 avril 2021 a lieu l’enquête publique préalable à la déclaration d’utilité publique (DUP) du projet MAGEO. Une étape importante pour le projet et la concertation. E2F s’est fait relais des considérations de la profession sur ce projet en rédigeant un cahier d’acteur dédié.

Le mode fluvial a profondément évolué ces dernières années et démontré sa pertinence, avec une croissance de 10 % en 2019, et de 30 % depuis 1997. Il répond aux objectifs de croissance des modes doux, de respect de l’environnement, de réponse à la congestion des infrastructures routières en milieu urbain dense, il constitue une offre logistique compétitive et de qualité tant pour les filières/clients traditionnels de la voie d’eau comme les producteurs de matériaux de construction, l’agroalimentaire que pour les nouvelles filières porteuses : industriels, grande distribution intéressée par le transport par conteneurs.

La mise au gabarit européen de l’Oise (MAGEO) est une des conditions essentielles du renforcement de la compétitivité du mode fluvial

L’amélioration de la compétitivité du mode fluvial est engagée depuis plus d’une décennie, grâce au renouvellement, à la modernisation et au verdissement de la flotte, grâce la rotation optimisée des équipages mise en place dans les flottes industrielles, ainsi qu’un dynamisme toujours réaffirmé de la composante artisanale du secteur. L’évolution de la flotte, tant artisanale, qu’industrielle est marquée par une augmentation du gabarit des unités et du potentiel de chargement.   L’homogénéisation du réseau au standard européen est une condition nécessaire pour poursuivre ces efforts de compétitivité. Ainsi il est essentiel que les têtes de réseaux, les jonctions inter-réseaux et intra-européennes, aient un gabarit en cohérence, au minimum de classe Vb, avec le réseau principal, de façon à permettre la navigation des mêmes bateaux et au même chargement et tirant d’air.

Le projet de canal Seine-Nord Europe, va ouvrir le bassin de la Seine au réseau fluvial à grand gabarit de l’Europe du Nord, démultipliant ainsi l’offre logistique entre les régions de l’axe Seine et la Belgique, les Pays Bas et l’Allemagne. L’Oise est ainsi le maillon essentiel qui permettra de relier le Canal Seine-Nord et l’axe Seine et donc l’accès aux ports de Paris, de Rouen et du Havre.

De plus de la confluence avec la Seine jusqu’à Compiègne un certain nombre de plateformes multimodales sont réalisées (Bruyères sur Oise, Longueuil Sainte-Marie) ou en projet (PSMO – Port Seine-Métropole ouest) qui sont autant de possibilités de concrétiser des schémas logistiques intégrant la voie d’eau à partir de la région parisienne ou des ports de l’axe Seine et qui, à elles seules, justifient le projet MAGEO.

En effet ce dernier, qui portera la section Creil Compiègne de l’Oise au gabarit Vb (en faisant abstraction des tirants d’air des ponts qui ne sont pas modifiés dans le projet actuel, à l’exception du pont de Mours), permettra d’accroitre les possibilités de massification et renforcera indéniablement la compétitivité du mode fluvial. Les potentialités de report modal sont donc considérables.

En cela E2F soutient les objectifs qui prévalent à la réalisation du projet MAGEO.

Le projet MAGEO doit être optimisé pour garantir les conditions du report modal

E2F souhaite que le projet MAGEO soit amélioré afin de satisfaire pleinement aux conditions nécessaires à une optimisation accrue du transport fluvial et aux garanties d’un report modal effectif.

Concernant les tirants d’air des ponts, le projet inclut le rehaussement du Pont SNCF de Mours, ouvrage le plus limitant entre Compiègne et la confluence avec la Seine, Il n’en demeure pas moins que même en utilisant des bateaux optimisés pour le transport de conteneurs il subsistera un certain nombre d’ouvrages qui empêcheront le passage avec trois hauteurs, condition essentielle pour augmenter la compétitivité de ces transports.

E2F demande donc que soit engagée une étude portant sur la faisabilité et la programmation rapide des travaux de rehaussement de ces ponts afin d’assurer la cohérence du gabarit de l’Oise avec le Canal Seine-Nord et la Seine aval. En considérant qu’une hauteur libre de 6.90 m, au lieu de 7 m, est optimale, il resterait 16 ponts à rehausser, en plus du pont de Mours.

Les travaux pourraient être programmés afin d’assurer en priorité la desserte à partir de l’aval de la plateforme de Longueuil Sainte Marie soit 4 ponts, caractérisés par une hauteur libre supérieure à 6,90 m, à rehausser, en plus du pont de Mours. Le rehaussement des 12 autres ponts devra être mené ensuite rapidement.

Le projet MAGEO prévoit des travaux de rescindement de courbes afin d’assurer la fluidité du trafic et le passage plus aisé de convois de 185 m, pour autant la mise en place de quelques zones d’alternat sera nécessaire. E2F souhaite qu’ils soient limités en nombre et en longueur, et attire l’attention du maître d’ouvrage sur le risque d’augmentation des temps de parcours qu’ils peuvent induire avec l’accroissement du trafic.

Les écluses de l’Oise sont quant à elles parfaitement adaptées aux convois de 185m.

En outre afin de parfaire le projet E2F demande que le maître d’ouvrage prévoie les aménagements nécessaires pour assurer la sécurité des usagers sur le fleuve : les zones d’évitement (retournement) notamment au droit des plates formes multimodales, les postes d’attente au niveau des écluses, les postes de stationnement y compris ceux dédiés au transport de matières dangereuses, le balisage du chenal et des ouvrages.

Le projet MAGEO concerne la section Creil Compiègne de l’Oise, mais E2F rappelle qu’il est nécessaire d’engager des travaux sur la section Conflans-Sainte-Honorine Creil dont les caractéristiques actuelles sont bien moindres et ne permettent pas le passage en toute sécurité de convois de 185 m à la retenue normale et l’interdise en cas d’accroissement des débits. Ces travaux devront avoir pour objectif d’homogénéiser le gabarit de la voie d’eau sur tout l’itinéraire aval de l’Oise et donc prévoir le rescindement des courbes les plus serrées. Le mouillage devra également être garanti à 4,00 m comme sur la section concernée par MAGEO.

Enfin E2F rappelle, son souhait pour des raisons de compétitivité du mode fluvial de voir augmentée l’amplitude horaire de navigation sur l’Oise, et en tout état de cause de la voir portée à 24 heures dès l’ouverture du Canal Seine-Nord.

X