Semaine de l’emploi maritime et fluvial

Afin de mettre en avant les opportunités d’emploi et de formation du secteur maritime et fluvial, Pôle emploi a organisé, du 29 mars au 2 avril 2021, la 5ème édition de « La Semaine de l’Emploi Maritime » avec le soutien du Ministère de la Mer, du Secrétariat général de la Mer et du Cluster Maritime Français. E2F a participé à cet évènement lors d’un webinaire dédié aux « Métiers embarqués du maritime et du fluvial ».

Cet évènement vise à :

  • favoriser les transitions professionnelles vers les emplois maritimes (informer sur les métiers, orienter vers les bonnes formations, faciliter la mise en relation…) ;
  • développer les relations avec les entreprises du maritime et répondre à leurs besoins en recrutement ;
  • contribuer à l’attractivité des territoires littoraux et accompagner la création d’activité ;
  • mobiliser un écosystème de partenaires publics pour accompagner les parcours professionnels.
État des lieux de l’emploi et des opportunités d’emploi

Avec le deuxième plus grand domaine maritime au monde et le premier réseau fluvial en Europe, la France dispose d’un potentiel de développement économique majeur et les besoins en recrutement sont nombreux. En 2020, près de 123 000 embauches, hors tourisme, ont ainsi eu lieu au sein de la filière maritime et fluviale et plus de 207 000 offres d’emploi ont été diffusées. Plus de 900 métiers sont considérés comme maritime et littoraux avec de forts potentiels en recrutement selon les régions et les zones littorales. En 2019, le secteur maritime et fluvial employait près de 471 000 salariés, hors personnels militaires, dans plus de 58 000 structures.

La dynamique de création d’emplois du secteur doit se confirmer dans les prochaines années en raison des évolutions technologiques et des innovations concernant les produits et services maritimes et fluviaux, leviers de croissance significatifs et opportunités majeures pour les entreprises de la filière.

Ainsi, parmi les 900 métiers que compte le secteur maritime et fluvial, les métiers dits « traditionnels » effectués sur mer et sur terre côtoient aujourd’hui de nouveaux emplois liés au numérique et au développement d’entreprises innovantes.

Dans ce contexte, les besoins en recrutement sont nombreux et il est essentiel de mieux faire connaître ces métiers, tout comme il est primordial d’accompagner l’apprentissage des compétences nécessaires pour satisfaire les besoins.

Au cœur de cette mobilisation au service de l’emploi maritime et fluvial, il y a la « Semaine de l’Emploi Maritime », inscrite par le Premier ministre lors du Comité inter-ministériel de la mer (CIMER) du 15 novembre 2018 parmi les actions maritimes de l’État. Cet événement est l’occasion de donner un coup de projecteur sur les métiers de la mer et des voies d’eau, de faciliter l’orientation vers les formations qui y mènent et de favoriser la rencontre entre les entreprises et les candidats. Au cours de cette 5ème édition de « La Semaine de l’Emploi Maritime », plus de 200 événements et animations ont été organisés en digital et en physique par les agences Pôle emploi ou des établissements publics et entreprises. Visites d’entreprises ou de chantiers, jobs dating, atelier d’information…, 16 régions de France se sont mobilisées pour faire découvrir les métiers de la mer et des voies d’eau, les formations et les entreprises qui recrutent.

Une diversité de métiers, sur terre comme sur mer

Aujourd’hui, le périmètre d’emplois considérés comme maritimes et littoraux recouvre plus de 900 métiers répartis dans dix familles d’activités : hôtellerie-restauration, activités et loisirs littoraux, construction et maintenance navale et nautique, services portuaires et nautiques, transformation des produits de la mer, pêches et cultures marines, R&D et ingénierie maritime, personnel embarqué, défense et administrations maritimes, travaux en mer. Ces dix familles d’activités peuvent être schématiquement présentées en trois groupes : les activités maritimes en mer et sur les voies d’eau, les activités maritimes et fluviales sur terre, les services liés à la mer et aux voies d’eau, avec d’une part des métiers « traditionnels » effectués sur l’eau et sur terre, et d’autre part de nouveaux métiers liés à l’innovation et aux nouvelles technologies :

  • les activités maritimes et fluviales sur l’eau regroupent les métiers liés aux pêches et aux cultures marines (aquaculture, ingénierie en agriculture et environnement naturel, équipage de la pêche), le personnel embarqué (équipage et encadrement de la navigation) et les travaux sur l’eau (activités oil & gas, offshore, aménagement portuaire, énergies marines renouvelables) ;
  • les activités maritimes et fluviales sur terre regroupent les métiers liés aux services portuaires et nautiques (manutention, réparation, installation et maintenance…), la défense et les administrations maritimes (sécurité civile et secours), la construction et la maintenance navale et nautique (soudage, chaudronnerie, mécanique…), la R&D et ingénierie maritime et fluviale (recherche, ingénierie et études) et la transformation des produits de la mer ;
  • enfin, les services liés à la mer et aux voies d’eau regroupent les métiers de l’hôtellerie-restauration et les activités et loisirs littoraux.
De forts besoins en recrutement

En termes de métiers et de compétences recherchées, les besoins sont variés et l’enjeu est autant d’attirer les demandeurs d’emploi vers ces métiers que de les former à les exercer et enfin de les garder au sein des structures d’emplois maritimes et fluviales.

Les formations aux métiers de la mer, du fluvial et du littoral concernent ainsi toutes les filières, de la formation initiale à la formation professionnelle continue, toutes les qualifications du CAP à l’ingénieur et tous les secteurs économiques. En 2020, près de 65 700 entrées en formation de demandeurs d’emploi ont été comptabilisées, dont près de 35 800 ont été financées par Pôle emploi.

Les métiers embarqués du maritime et du fluvial

Dans le cadre de cet évènement, une webconférence s’est tenu le jeudi 1er avril sur les métiers embarqués du maritime et du fluvial. L’École Nationale Supérieure Maritime, la Compagnie Fluviale de Transport (Groupe Sogestran), le CFA de la Navigation Intérieure et Entreprise Fluviale de France ont pris la parole pour présenter les caractéristiques des métiers de naviguant et les métiers qui recrutent, avec un focus sur la région Normandie.

Retrouvez ci-dessous le replay de la webconférence sur les métiers embarqués du maritime et du fluvial.

X